Equithérapie, quand le cheval nous soigne !

Equithérapie, quand le cheval nous soigne !

de lecture - mots

L’équithérapie, également connue sous le nom de thérapie équestre ou encore hippothérapie est un programme de traitement polyvalent qui permet à des patients de se remettre de toutes sortes de problèmes médicaux ou psychologiques grâce à la pratique de l’équitation ou bien du contact avec les chevaux.

Pour les enfants et les jeunes adultes, ces animaux thérapeutiques sont des guides parfaits pour traverser grands défis de la vie !

Mais n'échange pas encore tes visites chez le médecin contre des leçons d'équitation… Avant toute chose, voici ce que tu dois savoir sur la thérapie équestre !

mug je panse donc je suis

Quel est l'Origine de l'Equithérapie ?

Hippocrate, considéré comme le père de la médecine moderne, a écrit sur l’équithérapie -  déjà utilisée dans la Grèce antique où ses bienfaits étaient largement reconnus ! On pensait que le cheval et l’équitation favorisaient le développement moteur et psychique des plus jeunes et pouvait soigner certains types de maladie. En témoigne cette citation de Xénophon, philosophe de la Grèce antique et passionné par les chevaux : « Le cheval est un bon maître, non seulement pour le corps, mais aussi pour l’esprit et pour le cœur. » L’équithérapie a pris de l'importance dans les années 1950 et 1960 en Europe, soutenue par la médaillée d'argent olympique danoise en dressage, Lis Hartel, qui a déclaré que l'équitation l'avait aidée à se remettre de la poliomyélite.

Petite terminologie de l’équithérapie.

  1. Équitation adaptée : une méthode pour l’épanouissement des personnes en situation de handicap.

L'équitation adaptée est proposée aux personnes malades et/ou handicapées qui montent à cheval pour se détendre et pour développer leur tonus musculaire, leur coordination, leur confiance et leur bien-être 😃

L'équitation adaptée est considérée comme une thérapie récréative : un instructeur équestre enseigne à un patient à contrôler activement un cheval pendant qu'il monte. Cette thérapie est utilisée pour améliorer les capacités sensorielles et motrices, la coordination, l'équilibre et la posture.

Les thérapeutes hippiques affirment que le fait de sentir la cadence physique d'un cheval peut stimuler les muscles et la colonne vertébrale : l'équitation permet de gagner en motricité et facilite la réadaptation physique.

L’équitation adaptée peut prendre de nombreuses formes. Pour ceux qui ne préfèrent pas monter le cheval, la thérapie équestre comprend des activités diverses autour du soin du cheval : pansage, brossage, nettoyage du box…  Les programme peut aussi proposer de petites activités équestres : sauts d’obstacles, trot ou encore promenade en calèche.

Qui s’en charge ? Un professionnel du cheval qui n’est pas thérapeute.

Le prix ?  Entre 20 et 40 euros / heure

Quelle monture utiliser ? Des chevaux souvent très calmes et dociles provenant des centres équestres.

  1. Hippothérapie

L'hippothérapie est un soin donnée par un kinésithérapeute, un thérapeute de loisirs, un ergothérapeute ou un orthophoniste, en compagnie d’un cheval. Le mouvement du cheval renforce la posture, l'équilibre, la coordination, la force et les systèmes sensorimoteurs du cavalier. On pense que la chaleur et la forme du cheval ; son mouvement rythmique et tridimensionnel, ainsi que les interactions du cavalier avec le cheval, ses réactions au mouvement du cheval peuvent améliorer la flexibilité, la posture, l'équilibre et la mobilité du cavalier. Ces séances de thérapie peuvent également permettre à la personne d’apprendre à s’exprimer avec plus d’aisance en utilisant des indices verbaux pour communiquer avec le cheval 😌 et en parlant avec le thérapeute. Elle diffère de l'équitation thérapeutique car il s'agit d'une stratégie de traitement utilisée par un physiothérapeute, un ergothérapeute ou des orthophonistes agréés. Ces spécialistes guident la posture et les actions du cavalier tandis que le cheval est contrôlé par un palefrenier sous la direction du thérapeute. Le thérapeute guide à la fois le cavalier et sa monture pour encourager des apports moteurs et sensoriels spécifiques, il élabore des plans pour traiter des limitations et des handicaps spécifiques tels que les troubles neuromusculaires, la capacité de marche ou la fonction motrice générale.

Qui s’en charge ? Un professionnel de la santé et un professionnel du cheval.

Le prix ?  Entre 70 et 110 euros / heure

Quelle monture utiliser ? Des chevaux entraînés et préparés pour l’hippothérapie.

  1. Equithérapie ou psychothérapie assistée par les chevaux

La psychothérapie assistée par les chevaux est  l'utilisation des chevaux pour traiter les problèmes psychologiques dans et autour d'un établissement équestre. Ce n'est pas la même chose que l'équitation adaptée ou l'hippothérapie.

Bien que certaines thérapies de santé mentale puissent incorporer le saut et l'équitation,  la plupart utilisent le travail de base avec les chevaux : les panser, les nourrir, les conduire … Certains programmes n'utilisent que le travail de base. Selon les méthodes employées, le cheval peut être considéré comme un « co-facilitateur » ou bien simplement comme un outil.

Qui s’en charge ? Un équithérapeute certifié par la SFE , l’IFEq ou la FENTAC pour la France. Souvent l’équithérapeute est issu du monde médical, paramédical ou social.

Le Prix ? entre 50 et 70 euros / heure

Quelle monture utiliser ? Des chevaux entrainés et préparés pour être adaptés à l’équithérapie

tête de cheval profil

Equithérapie : des outils et des objectifs.

L’équithérapie ne se limite pas à l'équitation. Dans certaines séances, le patient peut même ne pas toucher le cheval du tout. Souvent, le thérapeute qui dirige la séance fixe des objectifs que le patient doit atteindre : conduire le cheval à un endroit désigné ou lui mettre un licol. Le patient accomplira la tâche au mieux de ses capacités et discutera ensuite du processus de réflexion, des idées et de la résolution de problèmes utilisés pour accomplir la tâche. Le fait de discuter de ce que le patient réalise à un moment donné lui permet aussi d'améliorer ses compétences linguistiques.

L'écoute de l'instructeur permet en outre au patient d’améliorer sa capacité à écouter et à suivre des instructions, à poser des questions, etc. Il y a une communication non seulement entre le palefrenier et l'instructeur, mais aussi entre le palefrenier et le cheval.  Développer ces compétences d’écoute est particulièrement utile pour les personnes anxieuses, souvent broyées entre les pensées sombres du passé et l’angoisse du futur 😔 En effet, le patient doit se concentrer sur une tâche à accomplir dans le présent.

Les thérapeutes qui enseignent les thérapies assistées par les chevaux peuvent facilement adapter la thérapie cognitive ainsi que la thérapie par le jeu et la parole. Selon la nature de l'anxiété et sa gravité, le thérapeute équin est en mesure de prendre des décisions sur les processus ou les techniques appliquées dans les séances. Les principales techniques utilisées sont la thérapie cognitive, la pratique d'activités, la programmation d'activités, la thérapie par le jeu et la thérapie par le récit et la parole. Tu veux en savoir davantage ? En voici les définitions :

La thérapie cognitive :

Ce type de thérapie est souvent utilisé comme traitement de l'anxiété. Les chevaux ressentent le danger et réagissent avec une conscience accrue de leur environnement, essayant souvent de fuir si la situation leur semble trop dangereuse. Les personnes souffrant de troubles anxieux peuvent être en mesure de ressentir ces changements par l'observation, ce qui leur permet ensuite de discuter de leurs conduites anxiogènes avec le thérapeute. Le fait de se concentrer sur l'appréhension de l'animal plutôt que sur soi-même peut réduire considérablement les réactions d’angoisse de l'individu et lui permettre de remettre en question ses pensées automatiques et négatives 🤔 Tout au long de ce processus, le patient s'exerce à rester calme et à prendre le contrôle de sa pensée.

Pratique d'activités : Souvent, les personnes souffrant d'anxiété grave ont tendance à éviter les activités qui sont difficiles ou situées hors de leur zone de confort. Cette technique permet à un individu de choisir une activité, qui peut être en dehors de son propre niveau de compétence. Le thérapeute aide la personne à exprimer ses besoins et parle avec elle des pensées ou des sentiments qui sont stimulés par ces activités. Par exemple, panser et nourrir le cheval sont des activités qui impliquent une coordination, une planification et une communication active.

Planification des activités :

De nombreuses personnes qui luttent contre l'anxiété commencent à éviter les tâches ménagères ou autres responsabilités qui étaient auparavant inhérentes à leur activité quotidienne car la répétition de ces activités provoque des angoisses.  Cependant, plus elles les évitent, plus leur anxiété augmente, et moins elles sont aptes à reprendre le cours de ces activités, pourtant indispensables à la vie humaine !  La planification ou l'élaboration d'un horaire pour s'occuper d'un animal ou d'un cheval tout au long de la journée peut permettre au patient d’augmenter son sens des responsabilités et de gagner en flexibilité : en effet, les envies du cheval peuvent changer à tout moment 🐎 Cela permet à la personne de détourner son attention de son anxiété et de commencer à structurer ses journées, à se réconcilier avec une bonne routine.

Thérapie par le jeu et la narration d'histoires :

Les chevaux sont d’extraordinaires alliés : leurs instincts de jeu, leur curiosité, leur liberté et leur sociabilité sont communicatifs ! La thérapie par le jeu permet et inspire la création de relations entre le patient et le cheval. Le patient est alors encouragé  à relater les pensées de l’animal, les sentiments ressentis. C'est un excellent outil pour encourager le développement des compétences linguistiques et la créativité.

La thérapie équine est souvent utilisée pour renforcer l'esprit d'équipe d’une famille ou d’un groupe car le comportement hautement interpersonnel des chevaux est très inspirant. En outre, comme la thérapie équine est souvent axée sur un objectif défini en début de travail, elle permet au groupe de renforcer son adhésion en travaillant ensemble au service d’un but commun.

cheval marron qui galope

Les chevaux, des partenaires de confiance.

Nous l’avons dit plus haut : les chevaux ont des qualités indéniables qui peuvent en faire de vrais alliés. Pourquoi les chevaux ?

Contrairement aux petits animaux de thérapie comme les chiens et les chats, ces doux géants ont un effet calmant qui est amplifié par leur taille et leur empathie. Les chevaux sont des animaux de troupeau connus pour s'adapter aux émotions humaines, reflétant souvent les comportements de leur entourage. Pour les personnes qui désirent augmenter ou raffermir leur capital « confiance », apprendre à diriger un animal peut aider à améliorer l'estime de soi, encourager la prise de contrôle et dissiper les craintes 👐

Les chevaux thérapeutiques sont généralement des juments et des hongres.

Et si nous listions les qualités des chevaux ?

Non-jugement et impartialité :

Les chevaux réagissent uniquement au comportement et aux émotions du patient ; ils ne sont pas biaisés par l'apparence physique du patient ou ses erreurs passées. Pour les patients, c’est un atout extraordinaire qui augmente estime et confiance en soi.

Retour d'information et miroir :

Les chevaux sont avant tout des animaux de proie, habitués à vivre en harde ; ils sont ainsi extrêmement vigilants et sensibles à leur environnement. Le feedback de ces observateurs attentifs est fourni plus tôt et de manière plus cohérente qu'avec un thérapeute humain. Le cheval a une tendance innée à refléter le comportement, les mouvements physiques et les émotions du patient 🍃 ce qui aide le participant à être plus conscient de lui-même. Il permet aux patients de "se sentir". Ce retour d'information peut ensuite être traduit par le spécialiste équin et analysé par le groupe.

Métaphore pour la vie réelle :

La capacité d'un thérapeute à utiliser le cheval comme métaphore pour d'autres problèmes aide à rendre le traitement équin applicable à des problèmes de la vie réelle.  Voici un exemple de la manière dont un thérapeute peut aider le patient à résoudre des problèmes dans sa propre vie en utilisant le cheval comme métaphore : « Une enfant avait beaucoup de mal à discuter de ce qu'elle ressentait à propos de son futur déménagement : changer de lieu, ça la traumatisait ! Elle a cependant pu faire de nombreuses suggestions pour aider un cheval vendu à se sentir plus à l'aise dans son nouvel environnement, en utilisant le cheval comme métaphore de son propre déménagement, l'enfant a mieux compris et a pu faire face à son propre déménagement. » 🌈

Quels types de chevaux ?

Dans la plupart des cas, les chevaux sont entraînés et sélectionnés spécifiquement pour la thérapie avant d'être intégrés dans un programme. Les programmes de thérapie choisissent des chevaux de toute race qu'ils trouvent calmes, d'humeur égale, doux, en bonne santé et bien entraînés. Comme la plupart des thérapies assistées par les chevaux se font à vitesse lente, on utilise parfois un cheval plus âgé.

Les programmes d’équithérapie tentent d'identifier les chevaux qui sont calmes (sans être paresseux) et physiquement adaptés (équilibre, structure, musculature et allures appropriées). La musculature n'est généralement pas considérée comme aussi importante que l'équilibre et la structure, mais un conditionnement adéquat pour le travail à accomplir est nécessaire.

Le bien-être du cheval est pris en considération. Chaque animal possède des caractéristiques biologiques naturelles mais aussi une personnalité unique avec ses propres goûts, aversions et habitudes. L'attention portée à ce que l'animal essaie de communiquer est utile lors des séances d'EAAT, mais aussi pour prévenir l'épuisement du cheval. Certains programmes considèrent le cheval thérapeutique comme un "partenaire équin"[1], d'autres le considèrent comme une "métaphore" sans autre rôle que celui d'"être soi-même"[20]. Les programmes de bien-être équin, en particulier ceux qui suivent le parcours de certification de la FEM-Canada, considèrent le cheval comme un "être sensible" : "Le cheval est un être sensible, partenaire et co-animateur dans la relation et le processus de facilitation équine".

t-shirt cheval m'appelle

 

L’équithérapie : pour qui ?

Les personnes souffrant de SSPT : Les anciens combattants, les premiers intervenants et les survivants de violences domestiques sont parmi ceux qui disent avoir trouvé un soulagement aux symptômes du SSPT grâce à l'équitation thérapeutique. Dans une interview accordée à CBC News, un ancien officier de la GRC atteint de SSPT a déclaré que la thérapie équestre l'avait aidé à surmonter son traumatisme, et avait aidé sa femme à guérir du cancer.

Troubles du mouvement : La pratique régulière de l'équitation a bénéficié aux personnes souffrant de troubles du mouvement comme la paralysie cérébrale.

L'autisme : L'équitation peut être un moyen de s'évader d'un quotidien accablant, ce qui peut être bénéfique pour les personnes souffrant de surcharge sensorielle. À la ferme Hinchinbrook, présentée dans Free Reins, la clientèle est constituée en grande partie de personnes souffrant d'autisme.

Troubles de l'humeur : Les cliniques de thérapie équestre sont souvent spécialisées dans l'amélioration de l'humeur et la relaxation, ce qui peut aider les personnes souffrant de dépression, d'anxiété ; les personnes ayant peine à gérer la colère et le deuil.

Jeunes à risque : Des programmes pour les jeunes à risque et l’arrêt de consommation de substances illicites ont également été proposés par les cliniques hippiques.

Les personnes qui n'aiment pas la thérapie par la parole : Pour les personnes non verbales ou qui n'aiment pas les conseillers bavards, la parole n'est pas nécessaire pour s'entendre avec un cheval !

Personnes âgées : certains chevaux comme Peyo, le cheval du champion du monde de dressage, Hassen Bouchakour, se déplacent jusque dans les EPHAD pour donner un peu de joie et de réconfort à nos ainés qui se retrouvent parfois dans une solitude moribonde.

Equithérapie : les bienfaits attendus.

Des études ont indiqué que la thérapie équine a permis d'aider les patients à présenter des améliorations marquées dans les domaines suivants :

  • L'affirmation de soi
  • La sensibilisation émotionnelle
  • L’empathie
  • La tolérance au stress
  • La flexibilité
  • Le contrôle des impulsions
  • Les compétences en matière de résolution de problèmes
  • La réalisation de soi
  • L’indépendance
  • La responsabilité sociale
  • Les relations interpersonnelles

De nombreux avantages de la thérapie équine sont probablement dus à la nature des animaux avec lesquels le patient et le thérapeute équin interagissent. En effet, comme nous l’avons déjà souligné plus haut, les chevaux ne portent généralement pas de jugement, n'ont pas d'attente et sont très efficaces pour refléter les attitudes et les comportements des humains avec lesquels ils travaillent 🌞

En travaillant avec les chevaux sous la direction et la supervision d'un thérapeute équin, les patients en thérapie équine ont une occasion unique et efficace de noter leur tendance à s'engager dans des pensées et des actions autodestructrices et autrement négatives. Ces réalisations constituent d'excellentes bases de discussion et de traitement pendant et après l'expérience de thérapie équine.

chevaux brume forêt

Une thérapie qui fonctionne ?

Les professionnels de la santé ont donné des réponses mitigées à la thérapie par les chevaux.

La plupart des grandes études affirment qu'il n'y a pas suffisamment de preuves scientifiques que la thérapie équine traite efficacement les troubles psychiatriques ou comportementaux, ou réduit la douleur associée aux handicaps physiques.

Les nouvelles recherches laissent entrevoir toutefois des résultats prometteurs. Un projet pilote conjoint de l'Université de Regina et de l'Université de Saskatchewan au Canada a révélé que les participants à la thérapie éprouvaient tous un sentiment d'amour et de bonheur lorsqu'ils étaient en présence de chevaux, selon CBC News.

L’histoire de Sarah, racontée par The Guardian : quand le cheval panse les plaies du passé.

C'est samedi soir dans le centre-ville de Long Beach, en Californie, et on peut entendre des rires dans les rues d'en bas. Sarah Smith est étendue sur son lit, épluchant assidûment ses notes de sociologie, se préparant pour ses examens imminents. Une guitare acoustique est posée sur son lit, et un drapeau coloré de la gay-pride est épinglé à côté de sa bibliothèque.

À première vue, Sarah apparaît comme une étudiante ordinaire – mais une lueur dans ses yeux bleus trop sérieux trahit parfois un passé de violence, d'abandon et de traumatisme émotionnel.

Abandonnée à la naissance puis agressée par sa maîtresse d'école maternelle dès l'âge de trois ans, Sarah va vivre l’enfer pendant près de dix-huit ans : abus psychologiques et abus sexuels la détruisent petit à petit. Son refuge ? Une dépendance incontrôlable à la drogue.

A l’âge de 19 ans, elle fuit dans la rue ; elle vit dans la voiture de ses amis et dans les toilettes publiques jusqu'à ce qu'on la retrouve et qu’on lui donne un appartement et de quoi vivre dignement. Elle est maintenant sobre depuis cinq ans et est sur le point de terminer son programme de sociologie à Cal-State Long Beach. Il y a deux ans, on lui a diagnostiqué un cancer de la gorge, et après un combat acharné contre cette maladie, elle est aujourd'hui en pleine rémission.

Pour surmonter les problèmes permanents liés à son estime de soi, à sa confiance en soi et en autrui, Sarah s'est inscrite un peu par hasard à un programme d’équithérapie.

Le cheval est un compagnon idéal pour la psychothérapie, car il peut refléter le comportement humain et y répondre. Le cheval est d’abord un animal social, car il vit en troupeau ;  il possède ainsi un sens aigu de données sensorielles pour sentir la sécurité ou le danger ; il peut également entendre le battement du cœur humain à moins d'un mètre, et les recherches sur la variabilité du rythme cardiaque indiquent que les chevaux ont une capacité profonde à synchroniser leur propre battement de cœur avec celui des êtres humains. Lorsque des personnes sont introduites dans l'environnement du troupeau pour une thérapie, les chevaux réagissent dans le même spectre de réponses physiques et émotionnelles qui régissent leur propre comportement, ce qui permet aux thérapeutes d'avoir un aperçu de la psychologie interne du patient.

Quand Sarah s’est présentée le premier jour, les nuages étaient suspendus très bas au-dessus des écuries du centre équestre d'Ortega à San Juan Capistrano et dans l'arène principale, un troupeau de trois juments données par l'association à but non lucratif Otra Mas attendait son arrivée.

La directrice du programme, Carol Caddes, est une amoureuse des chevaux et une thérapeute matrimoniale et familiale agréée, et possède plus de 20 ans d'expérience. Sarah, pour sa part, n'avait que très peu d'expérience avec les chevaux et n'avait jamais subi aucune forme de traitement émotionnel en dehors des médicaments et d’une psychothérapie plus traditionnelle en cabinet.

Le regard de Sarah a fouillé les yeux de chaque cheval. Elle a immédiatement établi un lien avec Madonna, une jument de 20 ans entraînée par la championne de cowgirl Carol Rose au Texas. Caddes a guidé Sarah dans un exercice sensoriel qui a élargi sa zone de confort en lui faisant faire le tour du corps de Madonna les yeux fermés.

Il est fréquent que les gens se sentent intimidés par la taille et la puissance des chevaux – ils pèsent jusqu'à 1000  kilos ! Comme la vie, les chevaux peuvent être intimidants : apprendre à les apprivoiser, c’est aussi apprivoiser son existence. Ainsi, au fur et à mesure que Sarah prenait de l'assurance, elle prenait aussi davantage le contrôle du troupeau en menant Madonna par derrière sans utiliser de cordes ou de fouet - une méthode instinctive utilisée par les chevaux pour se pousser et se diriger les uns les autres.

« J'étais un peu sceptique au début et je trouvais les chevaux très intimidants. Je ne savais pas ce qui allait se passer. Je n'avais aucune attente... J'ai regardé Madonna dans les yeux et je me suis sentie immédiatement connectée à elle. L'exercice sensoriel était vraiment cool, c'était effrayant, mais il a comblé le fossé entre moi et le cheval » explique Sarah.

sara et son cheval

Il ne s’agit pas dans cette thérapie de brider le cheval : il reste libre de réponde comme il le souhaite. Pour Carol Caddes, « on obtient une réponse plus authentique en donnant plus de liberté au cheval ». Il ajoute « C'est magnifique d'être sur le dos d'un cheval, mais c'est aussi magnifique de les accompagner lorsqu'ils choisissent d'être avec vous ».

Carol Caddes travaille dans le cadre d'un modèle de thérapie physiologique, en surveillant toujours la dilatation des yeux, le rythme cardiaque, le langage corporel et les gestes. Son rôle est de guider Sarah en toute sécurité à travers une série d'activités au sol qui la maintiennent, elle et le cheval, dans une fenêtre thérapeutique d'éveil. "Maintenir cette fenêtre d’éveil dans un juste équilibre est primordial : le patient doit rester associé au cheval afin que ce dernier ne panique pas, ce qui engendrerait chez la personne un sentiment de tristesse et la pousserait à se désengager de l’exercice. »

 Au début de la deuxième séance de thérapie, Sarah a trouvé les chevaux beaucoup moins intimidants. Carol Caddes a demandé à Sarah de choisir un accessoire comme symbole d'un aspect de sa vie. Sarah a ainsi pu découvrir un petit parachute coloré qui symbolisait sa confiance en l'école. Sarah a ensuite lancé le parachute au vent et l'a posé au milieu de l'arène, mais Madonna ne voulait pas bouger pour le rejoindre. Au lieu de cela, un petit cheval de neuf ans nommé Chips s'est approché et a commencé à étudier le parachute. Donnant coup de tête et coup de sabot, Chips s'est soudain précipité à l'autre bout de l'arène dans un élan de panique, laissant Sarah isolée sur son île de toile au milieu de la grande arène.

 cheval parachute

 Chips inspecte un parachute. Photographie : Joshua Thaisen

Sarah a trouvé le courage de se rapprocher de Chips, et a caressé doucement la crinière du poney. Frappée par une intense vague d'émotion et en larmes, elle a laissé Chips se nicher contre elle, permettant à Sarah d'être pleinement présente avec le cheval et de revisiter son traumatisme lié à l’école.

« Chips a eu peur, je ne sais pas ce qui s'est passé, mais ça m'a rappelé que j'étais une enfant. Je suis allé la réconforter et lui ai dit que je ne lui ferai jamais de mal » se souvient Sarah, avant d’ajouter :

« J'ai vu en Chips l’enfant que j’ai été : je pleurais hystériquement, un vrai cri profond, je ressentais un sentiment de protection et de tristesse. Le cheval m'a permis de ressentir ces sentiments, le cheval m'a réconforté quand j'étais émotionnellement vulnérable ».

Lors de sa troisième et dernière séance, Sarah a conduit Chips et Madonna hors des écuries et dans l'arène, où elle a divisé l'espace thérapeutique en trois sections qui représentaient son passé, son présent et son avenir. Le moment était paisible Sarah a pris une profonde respiration, a détendu ses épaules et a avancé avec confiance

En traversant son enfance avec les chevaux, Sarah a pu reléguer sa douleur dans le passé et a pu mieux identifier la personne qu'elle espère devenir. La jeune femme a également amélioré ses capacités de communication et sa confiance en soi, résultat direct de ce programme.

« J'étais incrédule, témoigne-t-elle finalement,  je ne pensais pas que je pouvais avoir une connexion émotionnelle avec un cheval. J'avais l'impression de me faire un ami, il y avait un lien. Cela m'a permis d'entrer vraiment en contact avec ce que je ressens. Si vous avez été blessé, il est parfois plus difficile d'être entouré d'autres personnes qui jugent ou qui font peur – le cheval quant à lui ne juge pas et n’a pas contre vous de désirs agressifs. »

Trouver un centre d‘équithérapie en France

Retrouvez ici l’annuaire de tous les équithérapeutes ayant adhéré au SFE (société française d’équithérapie) : http://sfequitherapie.free.fr/spip.php?rubrique7

Devenir équithérapeute ?

Rdv ici pour en savoir plus sur la formation à suivre : http://www.ifequitherapie.fr/

Un exemple concret du métier ? Article sur Pauline, équithérapeute de 29 ans :

https://www.letudiant.fr/metiers/metiers---portraits-de-pros/pauline-29-ans-comment-je-suis-devenue-equitherapeute.html 


Laissez un commentaire

Recevez nos articles dans votre boite email.