longer cheval

Comment bien longer un cheval ?

de lecture - mots

La longe fait souvent parti du travail des chevaux, aussi bien dans le débourrage que par la suite dans le travail général du cheval de loisirs ou de sport. Pourtant, ce n’est pas si facile que l’on pense de réussir à bien longer un cheval. Souvent même, ce n’est pas ce qu’on nous apprend en premier dans les centres équestres. Alors pourquoi longer un cheval et comment bien s’équiper et se positionner pour le faire ?

1) Pourquoi longer un cheval ?

La longe est un outil de base dans l'apprentissage du cheval. En effet, le travail à pied est nécessaire avant de pouvoir le monter, pour instaurer les « premiers codes » et le mettre en confiance. Cela permettra également de mieux connaître le caractère du cheval, d’observer son fonctionnement général, ses éventuelles faiblesses mais aussi ses qualités sans cavalier sur le dos, qui pourrait obstruer notre jugement. La longe apportera aussi au cheval de l’endurance au travail et de la musculature. Au-delà du travail, cela peut améliorer la relation du cavalier avec son cheval, en réussissant à demander à distance des mouvements, des arrêts… à la voix avant toute action de main.

Ensuite, le travail à la longe pourra servir à :

    • détendre un cheval sans selle avant le travail monté pour le décontracter ou éviter qu’il ne soit trop chaud avec son cavalier
    • muscler et assouplir un cheval dans le travail courant, en complément d'un travail monté
    • récupérer en faisant marcher et fonctionner le cheval après de grosses échéances sportives
    • diversifier le travail du cheval et commencer par lui apprendre de nouvelles choses à pied avant le travail en selle

    2) Quels équipements pour longer un cheval ?

    Tout d’abord il faut être équipé de matériel spécialisé pour longer son cheval :

     

      • 1 longe (généralement autour de 8 m) confortable à tenir (souvent en coton).
      • 1 licol, 1 caveçon ou 1 filet et une alliance pour attacher la longe dessus. Le caveçon est une sorte de licol avec des anneaux au dessus du nez pour y accrocher la longe. Cela permet de l’attacher au milieu du chanfrein et de favoriser le mouvement vers l’avant et non sur le côté, en pouvant changer de main sans arrêter son cheval. A l’inverse, avec un licol classique, on attache souvent la longe à l’anneau du dessous. Concernant le filet, une alliance relie les deux anneaux du mors pour ne pas tirer sur le mors en lui-même, ou alors en attachant la longe à l’anneau du mors opposé, en la passant le long du filet derrière les oreilles, jusque dans l’anneau du mors du côté du longeur.
      • 1 chambrière
      • éventuellement un enrênement pour le cheval si besoin
    Le mieux pour une première séance, si tu as quelqu'un pour t’aider ou prendre un cours, n’hésite pas car c’est en regardant qu’on apprend et qu’on analyse le mieux et c’est bien plus facile avec quelqu'un d’expérimenté ! De plus, il y a différentes techniques d’attaches pour la longe et les enrênements de ton cheval, c’est donc préférable d’avoir un avis avisé qui correspondra au mieux à ton cheval.

    3) Question sécurité 

    N’oublie pas de porter des gants si tu ne connais pas le cheval, si jamais il tire cela t’évitera des brûlures. De même, n’enroule jamais la longe autour de ta main en faisant des cercles complets car s’il tire ta main restera coincée dans à l’intérieur. Il faut faire simplement des allers et retours (comme une sorte de huit) avec la longe dans ta main pour la plier et la tenir. Comme pour le travail monté, si ton cheval est sujet à se toucher avec ses fers, met-lui ses protections guêtres et protèges-boulet ou cloches.

    4) Comment bien se placer pour longer ?

    Le principe de base de la longe :

     

      • Bien se placer pour faire comprendre à son cheval ce qu’on attend de lui : pour commencer à faire avancer un cheval sur le cercle, tu dois, s’il est sur un cercle à droite tenir ta longe dans ta main droite et le surplus de longe dans la main gauche avec ta chambrière. Tu dois lui indiquer la bonne direction à prendre en mettant ta main droite tendue sur la longe vers le début de ton cercle. Ensuite, les codes vocaux comme le claquement de langue ou les paroles sont très utilisés et bien mémorisables pour le cheval. Par exemple, les ordres Marche, Trotter, Galop sont assimilables facilement la plupart du temps. 
      • La chambrière est censée t’aider en étant le prolongement de ta main à agir sur l’équilibre et l’épaule de ton cheval (pour ne pas qu’il coupe son cercle) mais bien souvent elle est utilisée pour induire le mouvement vers l‘avant (surtout pour des chevaux mous…). Tu n’es pas censé toucher ton cheval avec mais seulement t’en aider. On dit souvent que tu devras être dynamique avec un cheval mou, et au contraire très calme avec un cheval agité.
      • Ne pas tirer brutalement sur la longe et donc sur la tête ou bouche du cheval, car tu pourrais lui faire mal.
      • Ne pas laisser la longe trop détendue. Elle est censée être toujours tendue pour établir un véritable contact avec ton cheval. De plus, si elle touche un peu par terre, ton cheval pourra se prendre les pieds dedans.
      • Concentre-toi bien sur ta longe et pas sur autre chose (ton portable…) et positionne bien ton corps afin de faire passer le message que tu souhaites à ton cheval pour lui faire comprendre ce que tu attends de lui.
      • Si ton cheval coupe ton cercle, surtout ne recule pas. C’est une erreur que nous faisons souvent, tu dois au contraire avancer vers lui ou t’aider de la chambrière, ce qui aura pour action de le faire reculer vers l’extérieur.

    5) Où longer ?

    L’idéal est de longer son cheval dans un endroit clos (manège, rond de longe, carrière fermée) pour sécuriser ton cheval s’il venait à t’échapper. Plus l’endroit est grand, plus tu pourras faire des exercices différents. Le rond de longe est quand à lui intéressant pour commencer à apprendre à un cheval à faire des cercles autour de toi.

    6) Quoi travailler en longe ?

    Travailler en longe cheval

    De l’extérieur, le travail en longe peut paraître un peu ennuyant mais il y a en vérité beaucoup de choses à travailler. Une fois que tu auras bien pris en main ton cheval sur un cercle, il est intéressant de diversifier les exercices pour ne pas le « blaser ». Tu peux essayer de te fixer un objectif au moins par séance. Tu dois essayer de toujours garder ton cheval dans l’impulsion et ensuite tu pourras lui demander plein de choses : des lignes droites sur les côtés, des transitions montantes ou descendantes, de varier la taille du cercle, de varier son allure. Il faut bien entendu travailler ton cheval aux deux mains pour équilibrer son travail musculaire, même s’il sera toujours plus à l’aise et souple d’une main que l’autre. Tu peux aussi ajouter des barres au sol, de petits obstacles (en faisant bien attention à ce que la longe ne se prenne pas dans un chandelier), des plots pour travailler le contrôle, les arrêts…

     

    Petite astuce : terminer le travail sur le côté où ton cheval est le plus à l’aise, pour terminer sur quelque chose de plus facile pour lui, c’est bon pour son moral !

    7) Combien de temps travailler en longe ?

    Les séances de longe, contrairement au travail monté sont plutôt courtes. En effet, cela tire beaucoup sur les articulations du cheval (d’où l’importance de ne pas faire trop de séances/semaine et de varier les exercices : pas seulement sur un petit cercle). De plus, pour faire une bonne séance cela demande de la concentration de la part du longeur et du cheval. Selon le caractère du cheval (s’il a besoin de se défouler un peu ou non, s’il est au box ou au pré)  tu peux faire des séances de 20 à 30 min pour commencer, échauffement et récupération compris.

    8) Les différents enrênements

    Il existe de nombreux enrênements (pessoa, chambo, élastiques…). Leur but est normalement d’améliorer l’attitude du cheval ou de le muscler. Ils jouent généralement de manière mécanique sur la locomotion du cheval et le placement de la tête et de l’encolure, ainsi que leur angle de fermeture. Il faut absolument que le cheval soit dans l’impulsion pour les utiliser, au risque de le rendre inutile, ou douloureux.

     

    Il y a parfois des critiques sur certains enrênements utilisés en longe. Certains sont pour, d’autres contre. Cela dépend bien sûr du cheval, des objectifs de travail, du niveau du longeur… Surtout, il est important de ne pas enrêner le cheval dès le début de séance. Le cheval doit pouvoir se porter en avant de manière autonome et se détendre avant de commencer réellement le travail enrêné.

     

    Mieux vaut ne pas en mettre pour les débuts ou se faire conseiller par quelqu'un de compétent sur le sujet, car cela peut engendrer des dégâts sur ton cheval s’ils sont mal réglés. C’est donc à utiliser à bon escient et avec parcimonie ! Cela peut être une aide utile pour le muscler mais tu dois aussi pouvoir t’en sortir sans, avec un cheval en équilibre et dans la bonne impulsion.

     

     
    La longe est donc un outil très intéressant dans le débourrage et travail du cheval. Mais comme tu as pu t’en rendre compte, ce n’est pas si facile que ça paraît si tu veux vraiment bien longer un cheval. Il te faudra des heures d'entraînements pour devenir aguerri, surtout que ça peut être très différent d’un cheval à l’autre, et parfois sportif avec des chevaux très mous ou au contraire très excités. Il est important de ne pas longer trop souvent un cheval sur des cercles car cela peut abîmer ses articulations au niveau des jarrets, et de faire des séances assez courtes. Pour pallier à ce problème, si tu ne peux pas monter pendant un temps : essaye de diversifier le travail avec des lignes droites et d’autres exercices : tu peux même mettre quelques barres au sol !

    Laissez un commentaire

    Recevez nos articles dans votre boite email.