Centaure : origine et représentation

Centaure : origine et représentation

de lecture - mots

Mi-homme, mi cheval, le centaure est une créature de la mythologie grecque. La tête, les bras et le torse sont humains, le reste du corps (taille et jambes) sont équins. Ces créatures mythologiques représentent la barbarie et le chaos effréné et sont fréquemment représentées dans les sculptures architecturales et les décorations de poterie grecques. Malgré leur réputation bestiale et lascive, certains centaures ne souffrent toujours d’une représentation uniquement négatives dans les mythes – ils ne deviennent généralement dangereux que quand ils sont ivres.

Sculture Grecque Centaure

Le centaure serait alors une métaphore : il représente les dangers auxquels nous sommes tous confrontés si nous oublions notre savoir-être et perdons le contrôle de nos facultés.

Quelles sont les origines du centaure ?

Les textes mythologiques précisent que le père des centaures est Centaure en personne, fils des amours d’Ixion avec …. Un nuage ! Outragée qu’Ixion tente de séduire Héra, Zeus crée en effet cette nuée trompeuse pour punir ce prince de ses ardeurs déplacées. De cette union étrange naitra Centaure, puis ses fils, créatures hybrides et débauchées. Les grecs pensaient que les centaures vivaient les forêts de Thessalie – lieux mystérieux non régis par les lois humaine.

Nous pouvons penser que ces créatures mythiques ont été inspirées par la réalité, car il existait en Thessalie une tradition de chasse aux taureaux à cheval et le mot même de centaure pouvait à l'origine signifier "tueur de taureaux". Peut-être les cavaliers de Thessalie étaient-ils si habiles qu'ils semblaient ne faire qu'un avec leur cheval et c'est ainsi que le mythe d'une créature unique est né.

Les centaures célèbres

  • Chiron

Le centaure le plus célèbre est sans doute CHIRON, réputé pour sa grande sagesse.

Précepteur du dieu de la médecine Asklepios et des héros Hercule, Achille et Jason (et son fils Médée), il reste néanmoins un personnage obscur, puisqu’en retrait : son rôle est de soutenir les héros, non d’en être un. Personnage mineur dans de nombreux mythes, les détails sont donc rares. Nous savons d'Hésiode qu'il était le fils de Philyre (fille du Titan Océanus) et qu'il était marié à la nymphe Chariklo ; une rare représentation d'elle dans l'art peut être vue sur une plaque corinthienne (vers 600 avant JC) où elle est nommée. On pense également que Chiron a vécu dans les forêts du mont Pélion. Il est le plus souvent représenté portant une tunique courte (chitoniskos) et un manteau, une branche sur l'épaule à laquelle sont suspendus des animaux chassés tels que des renards et des lièvres. Chiron est un centaure « civilisé », moins sauvage ou abrupte que ses congénères : ses jambes avant sont souvent plus humaines dans les représentations que nous avons de lui, et il est généralement moins poilu que les autres centaures. Dans la mythologie, Chiron est un conseiller de Pélée et il est souvent associé au mariage du roi avec Thétis (le Néréide) : il apparaît sur les représentations de l'événement dans l'art grec. Le fils du couple, Achille, a été confié au sage Chiron pour son éducation pendant son adolescence. Le grand héros hérita également d'une formidable lance faite de cendres de Pélien que Chiron avait donnée à Pélée. Cette lance était si grande et si lourde que seul Achille était assez fort et assez habile pour la manier. Dans l’Iliade d’Homère, l’adresse d’Achille à manier la lance est souvent évoquée. Elle est deux fois spécifiquement mentionnée comme étant un cadeau de Chiron.

  • Pholos

Un deuxième centaure célèbre dans la mythologie est Pholos, qui a accueilli Hercule alors qu'il était engagé dans la chasse au sanglier géant, l'un de ses célèbres travaux au service d'Eurystheus. Pholos offre à Hercule de la nourriture et sa grotte comme lieu de repos. Ensemble, ils prennent un verre tranquillement dans la gigantesque jarre de Pithos remplie de vin qui appartient à tous les centaures et qui est un cadeau spécial de Dionysos, le dieu de l’ivresse et de la fête. Cependant, attirés par l'odeur du vin, les autres centaures interrompent la fête et, un peu ils commencent à s'agiter, pour finalement attaquer Hercule. C’est le drame : la fête tourne au carnage ! Les centaures ne font pas le poids face au grand héros et le combat est, comme on pouvait s'y attendre, à sens unique. Dans le chaos, Hercule tue accidentellement Chiron avec l'une de ses flèches empoisonnées (trempées dans le sang de l'Hydre). Pholos meurt également, tué dans l'incident après avoir maladroitement laissé tomber une flèche empoisonnée sur son pied. Peut-être, ici encore, s'agit-il d'une mise en garde contre les dangers d'une mauvaise hospitalité et d'une consommation excessive d'alcool.

Hercule et Nessos

  • Nessos

Un troisième centaure que nous connaissons de nom est Nessos (ou Nessus), qui s'est aussi stupidement battu avec Hercule. Le héros et sa nouvelle femme Déjanire tentent de traverser la rivière Evenus (ou Euenos) en direction de Tiryns (photo ci-dessus). Nessos propose de porter la jeune fille à travers l'eau, mais ne peut retenir ses instincts bestiaux et tente de la violer. Hercule, immédiatement, tire une flèche empoisonnée sur le centaure (bien que la plupart des scènes de poterie du mythe dépeignent Hercule avec une massue ou une épée). Dans son dernier souffle et dans le désir de se venger, Nessos trompe Déjanire en lui disant de recueillir une partie de son sang, maintenant empoisonné à cause de la flèche, de le conserver dans un bocal à l'abri du soleil et de l'utiliser comme potion d'amour si jamais l'affection d'Hercule à son égard venait à s'éteindre. Beaucoup plus tard, jalouse des rumeurs d'une liaison entre son mari et Iole, Déjanire, afin de regagner l'affection d'Hercule, enduit un manteau avec le sang de Nessos, et envoie ce dernier au héros. Hercule, brulé par la cape empoisonné et ne pouvant la retirer, se jette dans un bucher funéraire. Déjanire, apprenant sa terrible méprise, se suicide. Hercule sera accueilli plus tard sur le mont Olympe où il épouse Hébé, la déesse de la jeunesse. Cet épisode inspira au poète Charles-Marie Leconte de Lisle une œuvre d’art sublime intitulée « La Robe du Centaure ».

Antique Justicier, ô divin Sagittaire,
Tu foulais de l'Oita la cime solitaire,
Et dompteur en repos, dans ta force couché,
Sur ta solide main ton front s'était penché.
Les pins de Thessalie, avec de fiers murmures,
T'abritaient gravement de leurs larges ramures ;
Détachés de l'épaule et du bras indompté,
Ta massue et ton arc dormaient à ton côté.
Tel, glorieux lutteur, tu contemplais, paisible,
Le sol sacré d'Hellas où tu fus invincible.
Ni trêve, ni repos ! Il faut encor souffrir :
Il te faut expier ta grandeur, et mourir.

O robe aux lourds tissus, à l'étreinte suprême !
Le Néméen s'endort dans l'oubli de soi-même :
De l'immense clameur d'une angoisse sans frein
Qu'il frappe, ô Destinée, à ta voûte d'airain !
Que les chênes noueux, rois aux vieilles années,
S'embrasent en éclats sous ses mains acharnées ;
Et, saluant d'en bas l'Olympe radieux,
Que l'Oita flamboyant l'exhale dans les cieux !

Désirs que rien ne dompte, ô robe expiatoire,
Tunique dévorante et manteau de victoire !
C'est peu d'avoir planté d'une immortelle main
Douze combats sacrés aux haltes du chemin ;
C'est peu, multipliant sa souffrance infinie,
D'avoir longtemps versé la sueur du génie.
O source de sanglots, ô foyer de splendeurs,
Un invisible souffle irrite vos ardeurs ;
Vos suprêmes soupirs, avant-coureurs sublimes,
Guident aux cieux ouverts les âmes magnanimes ;
Et sur la hauteur sainte, où brûle votre feu,
Vous consumez un homme et vous faites un Dieu !

Représentations dans l'art

Centauromachie

La Centauromachie, qui est une bataille entre les centaures et les dieux ou les héros, était un sujet populaire pour la sculpture décorative sur les bâtiments de la Grèce antique, en particulier les temples. L'exemple le plus célèbre est sans doute celui du fronton ouest du temple de Zeus à Olympie (vers 460 av. J.-C.). Ici, les centaures, toujours après avoir bu, combattent les Lapiths (du nord de la Thessalie) lors du mariage de leur chef Peirithoos avec Deidameia et tentent d'enlever la mariée. Les protagonistes sont tous impliqués dans une lutte animée et adoptent des postures dramatiques et enchevêtrées. Apollon domine majestueusement le centre de la pièce, debout et les bras tendus, il apporte le calme au chaos provoqué par les centaures non civilisés. Les centaures représentent ici la lutte entre la barbarie et la civilisation et peuvent être spécifiquement une métaphore de la victoire de la Grèce sur la Perse au début du 5e siècle avant Jésus-Christ.

 

Les centaures sont également représentés sur plusieurs métopes du Parthénon, sur le bouclier de bronze de l'Athéna de Phéidias et sur les sandales de la statue culte d'Athéna à l'intérieur du Parthénon. En outre, le temple de Foce del Sele (Sicile) et le temple d'Athéna à Assos sont tous deux décorés d'une centauromachie en sculpture.

Les centaures sont un sujet populaire dans la décoration de la poterie grecque. Hercule combattant Nessos apparaît pour la première fois sur une amphore à figures noires du VIIe siècle et apparaît sur près d'une centaine de vases survivants. Chiron aux noces de Thétis et de Pélée, et Achille remis aux soins de Chiron sont des représentations fréquentes sur les poteries à figures noires et rouges du grenier du VIe au Ve siècle avant J.-C. Tout aussi populaires sont les scènes représentant la bataille d'Hercule contre les centaures après le dîner avec Pholos, les premières apparaissant sur des vases corinthiens du VIe siècle avant Jésus-Christ. Les centaures apparaissent également en compagnie de Dionysos et dans les représentations de ses fêtes associées. Enfin, il existe également de rares représentations de Méduse en tant que centaure, par exemple sur une amphore de Béotie, vers 660 avant J.-C.

 

Les centaures restent la représentation dans l’esprit grec des forces vives non civilisés : créatures soumises à leurs instincts bestiaux, elles s’enivrent et écoutent les voix de leur libido exacerbée. Ces deux inclinations causent souvent leur perte mais restent impressionnantes tant ces défauts se joignent à la fascination que nous pouvons éprouver face à la puissance de leur déploiement.


Laissez un commentaire

Recevez nos articles dans votre boite email.